ACCOUNT

Politique sociale

Société 

Le Parti Pirate défend une politique contemporaine du genre et de la famille. Ceci est basé sur le principe de l’autodétermination libre sur les questions de la vie personnelle. Chacun doit pouvoir décider librement et de manière responsable de sa propre vie en société et l’État ne doit se voir confier qu’un rôle de garant de cette autodétermination. 

Contre la xénophobie 

La prospérité du Luxembourg repose, entre autres, sur l’utilisation de non-Luxembourgeois et de frontaliers. Le Parti Pirate considère toutes les formes de xénophobie comme un risque pour une société tolérante et nous nous opposons à toutes ces tendances. Les Pirates encouragent tout soutien aux initiatives contre la xénophobie pour réprimer ce phénomène et permettre une société tolérante et ouverte. 

Chacun est libre de choisir ses vêtements 

Mener une vie autodéterminée signifie aussi être autorisé à choisir ses propres vêtements. Les Pirates s’opposent donc à toute interdiction qui restreindrait ce droit, notamment en matière de liberté religieuse. 

Avortement gratuit et dépénalisé 

Chaque femme a le droit de décider de son propre corps. L’État ne doit prendre aucune vision du monde idéologique ou religieuse comme raison pour restreindre ce droit aux femmes. Par conséquent, les pirates exigent un avortement dépénalisé et librement accessible pour chaque femme avec les meilleurs soins médicaux, lors d’une consultation neutre et facultative. Les frais sont à déduire, comme toutes les prestations médicales servies par la caisse d’assurance maladie. 

Interdiction de la circoncision religieuse 

Le droit de décider de son propre corps implique que nul ne devrait être contraint d’effectuer des procédures sans son consentement. L’intervention chirurgicale non médicalement justifiée chez les enfants rejette le Parti Pirate et exige que la circoncision religieuse soit interdite chez les jeunes enfants. Cette interdiction ne peut s’appliquer qu’aussi longtemps que les personnes concernées, de leur propre gré, décident de procéder à cette intervention. 

La violence comme problème de société 

La violence doit être reconnue comme un problème de société dans son ensemble et ne doit pas être réduite à certaines sections de la société. Qu’ils soient chasseurs, tireurs sportifs ou joueurs, nous stigmatisons la stigmatisation de certains groupes sociaux et exigeons que la violence soit considérée comme un problème de société et qu’une solution soit trouvée en conséquence.