ACCOUNT

Politique de logement

L’HÉBERGEMENT – une nécessité et une priorité absolue 

Ce qui s’est endormi dans la construction de logements ces dernières années ne peut plus être corrigé à court terme.
Notre pays a besoin d’une politique du logement qui soit consciente de ce fait et ne divulgue pas les faits.
Nous proposons à la fois une planification à long terme et l’utilisation d’opportunités à court terme pour permettre à tous les citoyens de bénéficier d’un logement humain. 

Location
Extension de la “Gestion Sociale Locative” 

Ces dernières années, la gestion du logement social a aidé les citoyens à faible revenu à se loger et à utiliser les logements vacants. Ce service devrait être élargi et davantage de ressources mises à disposition. 

Les logements sociaux devraient, si possible, être loués et non vendus. 

Un logement social qui se vend n’est de facto plus un logement social. 

Réviser la loi sur les associations de logement et les colocations 

Le Parti Pirate veut soutenir de nouveaux modèles de logement et de vie et exige que dans un logement également plus d’une « communauté domestique » puisse vivre. Le Fonds National de Solidarité (FNS) devrait également publier des règles claires et précises qui permettent à un bénéficiaire de REVIS d’être reconnu comme une communauté domestique sans l’intervention d’une association agréée. 

Création d’une commission nationale permanente des loyers avec pouvoir de décision 

Les commissions de location au niveau municipal sont souvent peu efficaces ou font totalement défaut. Un organe national permanent, proactif et libre, doté d’un pouvoir de décision, serait mieux adapté pour prévenir toute forme d’abus sur le marché du logement. Cette commission devrait être composée d’avocats, de travailleurs sociaux et d’experts du secteur de la construction. 

CONSTRUIRE
Création d’un troisième grand promoteur public 

Le Fonds de Logement et la Société Nationale d’Habitations à Bon Marché ne sont pas à eux seuls en mesure d’absorber le grand retard des dernières décennies. Le grand besoin de logements sociaux nécessite un troisième aménageur public. 

Collaborer avec le secteur privé pour construire des logements sociaux. 

Afin d’avancer le plus rapidement possible, l’État devrait solliciter l’aide du secteur privé dans la construction de logements sociaux. Cependant, la conception et la gestion des logements doivent rester entre les mains du secteur public et social. 

Investir des fonds publics dans le logement social 

Le Fonds d’indemnisation dispose d’énormes réserves qui sont principalement investies dans des projets étrangers et ont fait l’objet de certaines critiques dans le passé. 

Au moins 5 % de ces réserves devraient être investies dans le logement locatif social. Cela s’applique également aux réserves de certaines municipalités. 

Les municipalités fournissent un soutien logistique pour utiliser pleinement les aides de l’État 

Les aides financières de l’État de 70,75 et 100 % pour les communes dans la construction, l’achat, la rénovation et le réaménagement ne sont souvent pas utilisées car les communes manquent de personnel qualifié pour superviser et gérer ces travaux. Dans ce cas, l’État devrait assister les municipalités en leur fournissant conseils et assistance. 

LE PLAN
Création d’un “Conseil Supérieur du Logement” 

Ce conseil, composé d’experts dans les domaines de la législation, du logement et du travail social, devrait fonctionner comme une sorte de « think tank ». 

La mission de cette nouvelle instance serait le conseil et l’accompagnement des responsables politiques dans la question du logement. Le Conseil devrait, entre autres, réaliser une étude sur les populations et leurs différents besoins en logement social. 

Stimuler le marché du logement : Logement tripartite 

Les pirates appellent au déploiement d’un logement tripartite entre propriétaires, agents immobiliers et locataires pour mieux planifier le marché du logement. Cette Tripartite doit faire des propositions pour résoudre la situation actuelle sur le marché du logement.