Économie & Finance

Économie & Finance 

La dette dépressive, la montée du chômage et la fin du boom de l’économie sidérurgique et de la place financière obligent le Luxembourg à relancer son économie. De nouveaux secteurs comme la logistique, les technologies de la communication ou la biotechnologie doivent être développés. Le Parti Pirate prône la création de meilleures conditions-cadres pour l’obtention de fonds d’investissement, d’entrepreneurs et d’expertise ici au Luxembourg. 

Le Parti Pirate estime que l’État devrait aider à créer de bonnes conditions pour cela ; l’État doit cependant s’exclure autant que possible de l’économie et de l’investissement. Ces conditions favorables incluent des allégements fiscaux sélectifs, une réduction des barrières administratives, une meilleure sécurité juridique pour les entreprises et un marché du travail libre et fonctionnant bien. Surtout, de nouvelles fondations d’entreprises de la classe moyenne doivent pouvoir prendre place avec des activités réelles, rentables et innovantes, se développer et créer des emplois. 

Examiner les participations et les subventions de l’État 

L’État subventionne de nombreuses entreprises et secteurs et dispose de nombreuses participations propres. Le Parti Pirate est convaincu qu’une subvention de l’État ne devrait être qu’un point de départ pour construire quelque chose qui soit économiquement viable à long terme. Nous exigeons donc qu’un registre public de toutes les subventions et de toutes les participations directes et indirectes de l’Etat soit établi. Les registres devraient être régulièrement réexaminés quant à leur nécessité et leur importance économique et, si nécessaire, supprimés. 

Réduire l’activité économique de l’État 

En plus des dépenses et des subventions, l’État a ses propres activités et intérêts économiques. Ce faisant, l’État est non seulement en concurrence avec les entreprises privées sur le marché du travail, mais aussi directement dans les secteurs respectifs. Le Parti Pirate constate que les activités économiques ne relèvent pas de la compétence de l’État et appelle à un retrait contrôlé de l’État et à la construction de l’économie dans les zones concernées. 

Infrastructures critiques aux mains de l’État 

Les infrastructures critiques qui répondent aux besoins les plus élémentaires des citoyens doivent être garanties. Il s’agit notamment des routes et des conduites ci-dessous pour l’approvisionnement en eau, en gaz ou en électricité. Le Parti Pirate exige que la main publique fournisse des infrastructures et des services essentiels au citoyen si l’économie privée n’offre pas d’alternatives bonnes et bon marché. Nous nous engageons pour un accès inconditionnel et durable à l’eau, à l’énergie et aux télécommunications, ainsi qu’aux transports publics. Le droit à cet accès devrait avoir un statut constitutionnel. 

Récompenser l’innovation et le risque – Simplifier la création d’entreprise 

Les start-ups sont un facteur très important pour l’économie et son développement. Ils contribuent à favoriser l’innovation et à lutter contre le chômage. Le Luxembourg devrait devenir l’une des 5 premières places mondiales en termes d’attractivité pour les start-ups. Toute entreprise établie, qui dans sa phase de démarrage ne relève pas de l’énorme charge étatique actuelle au Grund, est à long terme un fort enrichissement pour l’économie et une contribution majeure à notre coexistence sociale. 

Nous appelons également à l’accès aux licences professionnelles sur le modèle européen, comme dans nos pays voisins. Le Parti Pirate réclame non seulement une simplification administrative mais aussi une exonération de charges fiscales et sociales pour les entreprises, les entrepreneurs et leur personnel tant que l’entreprise a besoin de tous ses moyens pour y arriver ; à condition que les ressources financières soient utilisées pour favoriser le développement de l’entreprise, et seulement tant qu’elles ne versent aucun avantage à leurs actionnaires et que les salaires des dirigeants sont limités à 2 fois le SMIC. 

Une nouvelle loi sur les faillites 

Les faillites sont une partie normale d’une économie qui fonctionne bien. De mauvaises décisions d’investissement ou un contexte économique fortement transformé peuvent conduire à la faillite. Une entreprise qui ne fonctionne pas à nouveau de manière rentable doit fermer ses portes. Les liquidations au Luxembourg se font par l’intermédiaire des propriétaires de manière quasi médiévale. Les liquidateurs eux-mêmes ont un fort intérêt financier. Ce n’est plus opportun et contre-productif pour l’économie. Les faillites pourraient souvent être évitées s’il existait un dialogue avec les entreprises concernées. 

Les “faillites frauduleuses” doivent, bien entendu, être combattues de toutes nos forces. Mais surtout, il faut éviter que les faillites (légales ou non) mettent en danger des entreprises saines, par exemple parce que les factures ne sont pas payées ou pas assez vite. 

C’est pourquoi le Parti Pirate demande que la loi sur les faillites, leur prévention et leur règlement soit complètement revue, en mettant l’accent sur l’aide et non sur la destruction d’entreprises. 

Séparation des services bancaires et financiers 

Pour les services financiers diversifiés, le Luxembourg doit continuer à être attractif et à se faire un nom ! Mais ce métier bancaire, basé sur la confiance, ne doit pas être sacrifié. Ce commerce solide avec les clients finaux est extrêmement important pour notre économie et ne doit pas être compromis par des pratiques spéculatives agressives. 

Le Parti Pirate appelle à une séparation stricte des services bancaires et financiers. 

Impôts significatifs sur les valeurs mobilières 

Les Pirates sont contre une taxe sur les transactions financières qui taxe les investissements à long terme et les investissements à court terme. Le Parti Pirate réclame un modèle de taxe sur les transactions financières, où le taux d’imposition tombe à 0%, sur une période de plus de 2 ans. 

Réorganisation du jeu 

Les jeux et paris en ligne sont un marché légitime et d’un milliard de dollars dont le Luxembourg pourrait aussi avoir quelque chose. 

Le Parti Pirate appelle à briser le pseudo-monopole de l’État sur les jeux d’argent et à créer des lois sur les jeux d’argent qui s’appliquent au 21. Siècle. 

Suppression de 1 et 2 centimes d’euro 

Les pièces sont produites selon un processus coûteux et gourmand en ressources. Un et deux cents sont plus chers que la valeur indiquée. Il n’y a pratiquement pas d’articles que l’on peut acheter pour ce prix. Le Parti Pirate appelle à la suppression de ces pièces dans la zone euro. 

Renforcer l’agriculture 

Une agriculture régionalement adaptée et efficace, qui permet également aux petites entreprises de participer sur un pied d’égalité, et qui soit compétitive sur la base d’économies durables et d’une conscience écologique des consommateurs est requise. 

Selon les pirates, l’agriculteur et ses associations, le commerce alimentaire, les labels de qualité, les associations de protection de la nature et des animaux, mais aussi des représentants de la politique et des consommateurs devraient s’asseoir à une table et développer ensemble des conditions et des opportunités. 

Renforcer le secret bancaire – pas d’échange automatique d’informations 

Un échange automatique d’informations sur les comptes entre les banques et les administrations fiscales constitue une violation de la vie privée des clients des banques. 

Les pirates réclament un retour aux lois antérieures où l’information n’était transmise que sur demande. Ainsi, les clients ne sont pas mis en doute par les échanges automatiques. 

Règles uniformes pour les “nuits gratuites” 

Le Parti Pirate exige que des règles uniformes et claires au niveau national soient établies pour la fourniture de nuits gratuites, qui varient actuellement d’une municipalité à l’autre. 

Rendre les normes techniques librement accessibles 

Les normes qui décrivent la sécurité des produits, par exemple, devraient être accessibles gratuitement. Ce n’est qu’alors que le consommateur pourra être informé et que les petites entreprises pourront réduire leurs coûts de développement de produits innovants. 

Le Parti Pirate exige que toute norme citée dans une loi soit rendue publique. 

Appels d’offres pour des conditions sociales et durables 

Le Parti Pirate exige que dans chaque appel d’offres public, les aspects sociaux et la durabilité soient pris en considération comme critères. 

Abolition de l’adhésion obligatoire dans toutes les chambres 

Les services ne doivent pas être forcés ! Les lois qui obligent les entreprises à appartenir à une chambre professionnelle ne sont ni utiles ni légitimes. 

Pourquoi, par exemple, les entreprises devraient-elles être obligées par la loi d’appartenir à une chambre de commerce ? 

Le Parti Pirate exige la fin des adhésions obligatoires et que tout le monde soit libre, qu’il veuille ou non utiliser un service (et le payer). 

Remplir ITM de nouveaux droits et de nouveaux employés 

L’ITM ne répond plus partout aux exigences actuelles et à la complexité de sa mission. En particulier, le respect du droit du travail luxembourgeois par les grandes entreprises internationales devient de plus en plus difficile à garantir. Le Parti Pirate s’engage à fournir à l’ITM les moyens juridiques et matériels dont il a besoin pour remplir sa mission. 

Les soins de santé comme domaine d’innovation 

Le potentiel du secteur de la santé est énorme et le Parti Pirate estime que des efforts supplémentaires doivent être faits pour promouvoir ce domaine en tant que secteur d’innovation. 

Gel du budget global de l’Etat pour les salaires dans la fonction publique 

La dette que l’État a impliquée (à travers les retraites et autres promesses) est estimée à plus de 1000% du PIB. Cela nous oblige à épargner dans une large mesure. Les salaires sont l’un des postes les plus importants du budget de l’État. De plus, les citoyens de son État peuvent exiger une amélioration de l’efficacité. 

Par conséquent, compte tenu de l’indice, le Parti Pirate demande que le budget salarial global soit gelé pour 5 ans à compter de 2018.