ACCOUNT

Droit d’auteur une loi sur les brevets

Le libre accès à la culture et au savoir est une condition préalable à une société de l’information ouverte et éduquée. Les efforts actuels visant à limiter l’accès à l’information sont inacceptables et ne devraient pas être soutenus par le législateur. La monopolisation du savoir et de la culture sur le contournement du droit d’auteur et du droit des brevets va à l’encontre des intérêts de la société et doit être stoppée par une réforme radicale des droits de propriété intellectuelle. Ce n’est que par l’échange de connaissances et de culture que l’innovation et les nouvelles idées peuvent être rendues possibles – les pirates vivent selon le principe « Partager, c’est prendre soin » et s’efforcent d’obtenir un accès égal à l’information pour tous. 

Réforme du droit d’auteur et du droit des brevets 

Les règles actuelles du droit d’auteur reposent en partie sur des siècles d’idées qui ne sont plus adaptées aux possibilités technologiques d’aujourd’hui. Le droit d’auteur et le droit d’auteur anglo-saxon sont aujourd’hui davantage un outil pour empêcher la diffusion de la culture et du savoir et pour en monopoliser l’accès, plutôt que pour garantir que les auteurs reçoivent un juste salaire pour leur art. Les technologies modernes qui permettent la copie et l’échange sans perte de culture et de connaissances sont une opportunité unique pour chacun, quels que soient ses moyens financiers, de participer à la diversité culturelle et de s’éduquer. Le Parti Pirate soutient l’éducation gratuite et le libre accès à la culture et appelle donc à une réforme radicale des règles nationales, européennes et internationales sur le droit d’auteur et le droit d’auteur. 

Le Parti Pirate exige à court terme la réduction de tous les délais de protection au minimum comme le prévoient les traités ADPIC et OMPI. A moyen terme, ces traités sont à renégocier. L’objectif est de réduire les périodes de protection à un maximum de 14 ans à compter de l’enregistrement d’une œuvre – cette période s’est avérée la plus économiquement optimale. Le délai devrait encore être divisé en deux : un premier délai de sept ans et un second de sept ans, qui doit cependant être à nouveau explicitement demandé. Cela conduit à plus de clarté concernant les droits, notamment dans le domaine des œuvres dites orphelines où l’auteur de l’œuvre ne peut plus être identifié. Ce faisant, ces œuvres tombent dans le domaine public et peuvent être utilisées par n’importe qui sans aucune réglementation restrictive du droit d’auteur. 

Dans le même temps, le Parti Pirate insiste pour légaliser le partage privé de fichiers (“filesharing”). Cela n’enfreint pas les droits moraux des créateurs, mais est limité à une utilisation non commerciale. 

Nous exigeons en outre que les produits protégés contre la copie ne soient pas exclus de la vente au Luxembourg. Le Luxembourg devrait donc régulièrement poursuivre l’OMPI devant les juridictions nationales contre de telles pratiques. De plus, nous aspirons à une directive européenne, qui interdit généralement une telle protection contre la copie (“DRM”) pour les produits numériques. Ce n’est qu’alors que la doctrine dite de la première vente pourra à nouveau s’appliquer et que la musique ou les films numériques pourront être revendus ou hérités. 

Pas de brevets sur la vie 

En général, l’abolition des monopoles et l’ouverture des marchés est un objectif politique déclaré des pirates. Les brevets, en tant que monopoles économiques privés garantis par l’État, représentent en principe une contrainte artificielle sur le bien commun. Breveter des trivialités ou même bloquer la progression des brevets doit être évité en toutes circonstances. De plus, nous nous opposons aux brevets sur les êtres vivants et les gènes, sur les idées commerciales et aussi sur les logiciels. 

Les droits de semences de l’UE et l’octroi de brevets sur les plantes cultivées de manière conventionnelle réduisent la variété des plantes utiles et rendent les agriculteurs, les jardiniers et les particuliers dépendants des grandes entreprises. En raison du changement climatique, entre autres, il est important de cultiver des plantes adaptées au climat. C’est le moyen le plus simple et le meilleur de récolter des graines de tes propres plantes chaque année et de les semer à nouveau l’année suivante. Les grandes entreprises n’aiment pas cela, cependant, car elles veulent revendre leurs semences chaque année. Les grandes sociétés semencières essaient d’empêcher leur propre production de semences, que ce soit par le biais de brevets, et non de variétés « cohésives » (hybrides) ou par le déplacement de petits producteurs de semences qui ne suivent pas cette politique. 

Pas de brevet sur le logiciel 

Le Parti Pirate s’oppose aux brevets logiciels, car ces monopoles artificiels limitent le développement de nouvelles idées et bloquent ainsi l’innovation. 

Fräien Zougang zu Kultur a Wëssen ass eng Bedingung fir eng oppen an edukéiert Informatiounsgesellschaft. Aktuell Bestriewungen den Accès op Informatioun ze limitéiere sinn inakzeptabel an dierfen net vum Gesetzgeber ënnerstëtzt ginn. D’Monopoliséiere vu Wëssen a Kultur iwwer den Ëmwee vum Urheber- a Patentrecht leeft géint d’Interessie vun der Gesellschaft a muss duerch eng radikal Reform vun den Immaterialrechter gestoppt ginn. Nëmmen duerch den Austausch vu Wëssen a Kultur loossen sech Innovatioun an nei Iddien erméiglechen – d’Pirate liewen nom Prinzip “Sharing is Caring” a setzen sech fir e gläichberechtegten Informatiounszougang fir jiddereen an.

 

Reform vum Urheber- a Patentrecht

Déi aktuell Reegelen zum Urheberrecht baséieren op deelweis joerhonnertenalen Iddien, déi net méi un déi haiteg technologesch Méiglechkeeten ugepasst sinn. D’Urheberrecht an dat angelsächsegt Copyright ass Haut méi en Outil d’Verbreedung vu Kultur a Wëssen ze verhënneren an den Zougrëff dorop ze monopoliséieren, wéi dofir ze suergen, datt Auteuren e gerechte Loun fir hier Konscht erhalen. Modern Technologien, déi e verloschtfräit Kopéieren an Austausch vu Kultur a Wëssen erlabe sinn eng eemoleg Chance fir jiddereen, onofhängeg vu finanzielle Méiglechkeeten, un der kultureller Villfalt Deel ze huelen an sech ze bilden. D’Piratepartei ënnerstëtzt eng fräi Bildung an den oppenen Accès zur Kultur a fuerdertdowéinst eng radikal Reform vun nationalen, europäeschen an internationale Reegelen zum Urheberrecht an Copyright.

D’Piratepartei fuerdert kuerzfristeg d’Kierzung vun alle Schutzfristen op d’Minima wéi an den TRIPS a WIPO Traitéë virgesinn. Mëttelfristeg sollen dës Traitéen nei ausgehandelt ginn. D’Ziel ass d’Schutzfristen op maximal 14 Joer ab Umeldung vun engem Wierk ze kierzen – dës Frist huet sech als déi ekonomesch optimaalsten erausgestallt. D’Frist soll weiderhin an zwee ënnerdeelt ginn: eng éischt Frist vu siwe Joer an eng zweet vu siwe Joer, déi awer explizit nach eemol muss ugefrot ginn. Dëst féiert zu méi Kloerheet wat d’Rechter ugeet, grad am Beräich vu sougenannte verweesste Wierker wou den Auteur vum Wierk net méi ze identifizéieren ass. Mat dëser Reegelung falen esou Wierker an d’Public Domain a kënnen esou vu jidderengem genotzt ginn, ouni restriktiv Urheberrechtsreegelungen.

Gläichzäiteg insistéiert d’Piratepartei drop de privaten Austausch vun Dateien (“Filesharing”) ze legaliséieren. Dës gräift net an d’moralesch Rechter vun de Createuren an, ma limitéiert sech op déi net-kommerziell Notzung.

Des Weidere fuerdere mir datt kopéiergeschützte Produiten net dierfe vum Verkaf zu Lëtzebuerg ausgeholl ginn. Dofir soll Lëtzebuerg géint esou Praktike reegelméisseg virun der WIPO an den nationale Gerichter kloen. Do dernieft striewe mir eng europäesch Direktive un, déi esou e Kopéierschutz (“DRM”) fir digital Produite generell verbitt. Nëmmen esou kann déi sougenannten First-Sale-Doktrin erëm Applikatioun fannen an digital Musek oder Filmer weiderverkaf oder verierft ginn.

 

 

Keng Patenter op Liewen

Generell ass een Ofbau vu Monopoler an eng Ëffnung vun de Marchéen een erkläert politescht Ziel vun de Piraten. Patenter als staatlech garantéierte privatwirtschaftlech Monopoler stelle grondsätzlech eng kënschtlech Aschränkung vum Allgemengwuel duer. D’Patentéiere vun Trivialitéiten oder souguer Blockade vum Fortschrëtt duerch Patenter soll ënner allen Ëmstänn verhënnert ginn. Donieft schwätze mir ons géint Patenter op Liewewiesen a Gene, op Geschäftsiddien an och op Software aus.

Duerch d’EU-Saatgutrecht an d’Vergi vu Patenter op konventionell geziichte Planze gëtt d’Villfalt vun de Notzplanzen ageschränkt an d’Baueren, Gäertner an och Privatleit vun de grousse Konzerner ofhängeg gemaach. Ënner anerem wéinst dem Klimawandel ass et wichteg Planzen ze ziichten, déi un d’Klima ugepasst sinn. Dëst geet am einfachsten an am beschten doduerch all Joer Som vun den eegene Planzen ze sammelen an dat Joer drop erëm auszeséinen. Grouss Konzerner gesinn dat awer net gär, well si wëlle schliisslech all Joer erëm op d’neits hire Som verkafen. Déi grouss Somkonzerner probéieren d’eegen Hierstellung vu Som ze verhënneren, sief et duerch Patenter, net “samenfest” Zorten (Hybriden) oder duerch d’Verdränge vu méi klenge Somhiersteller déi net des Politik verfollegen.

 

 

Keng Patenter op Software

D’Piratepartei schwätzt sech géint Patenter op Software aus, well dës kënschtlech Monopoler d’Entwécklung vun neien Iddie limitéiert an domat Innovatioun blockéiert.