ACCOUNT

Culture

L’art est toujours subjectif. Par conséquent, l’État ne doit pas s’immiscer dans la valorisation de l’art et ne doit censurer aucune forme d’art qui n’appelle pas à la violence. Au contraire : les artistes doivent être soutenus par les agences gouvernementales, ils contribuent énormément à la vie sociale. Dans le monde globalisé, il est donc important de préserver et de valoriser le patrimoine culturel local – tant au Luxembourg que dans la Grande Région. Les Pirates prônent l’accès universel à ces objets culturels et demandent un plus grand soutien de la part des jeunes artistes et clubs locaux. 

La liberté d’opinion comme condition préalable à l’art libre 

Tout ne doit pas être subjectivement reconnaissable en tant qu’art, mais la liberté d’opinion est un droit absolument protecteur qui s’applique également à l’art. A l’exception de l’art qui vise à répandre la haine ou à constituer une incitation au crime ou à la violence, il n’appartient pas à l’Etat de le censurer. La liberté artistique doit être protégée. 

Une marque d’art commune 

Le Luxembourg a produit de grands artistes dans le passé et produit encore de grands artistes aujourd’hui. En tant que pirates, nous sommes d’avis que le Luxembourg devrait devenir une marque de toiture commune, à l’instar d’autres produits luxembourgeois. Cela permet aux artistes luxembourgeois de se produire ensemble plus facilement à l’international. Nos différents musées devront également se produire à l’international sous cette marque et ainsi, en plus de l’apparence commune, économiser également des coûts de marketing. 

Ouvrir Luxembourgensia 

Nous exigeons que, dans la mesure du possible, toutes les œuvres luxembourgeoises soient numérisées afin de mieux préserver le monde actuel. Dans le même temps, les œuvres pour lesquelles le droit d’auteur a expiré devraient être publiées en ligne sous licence ouverte. Des efforts seront également faits pour revitaliser et publier les œuvres protégées. Nous attendons cela du dynamisme d’une industrie de la culture numérique et de la création de nouvelles start-up dans le domaine culturel, ainsi que de la préservation de la culture luxembourgeoise et régionale par le biais des technologies modernes. 

Livres électroniques et livres 

Les lois du monde analogique doivent également s’appliquer à l’ère numérique. Nous exigeons donc que les biens numériques soient traités de la même manière que leurs homologues analogiques. C’est également vrai dans le domaine de la littérature, où les livres, qu’ils soient imprimés ou sous forme numérique, par exemple, doivent être assimilés à des fins fiscales. 

Fondation du patrimoine culturel 

Au lieu de gérer le patrimoine culturel national des ministères, nous appelons à la création d’une fondation du patrimoine culturel. Cette fondation a pour objectif de gérer l’ensemble des biens culturels nationaux. La gestion de la Fondation devrait être entre les mains d’experts, de représentants de l’État et de représentants des citoyens. Sa mission est de promouvoir et de préserver notre patrimoine culturel national. 

Fonds du cinéma luxembourgeois 

Le Luxembourg Film Fund vise à financer les petites productions luxembourgeoises. L’accent devrait être mis sur le soutien des productions internationales à grande échelle et sur la promotion des développements jeunes et locaux. Cela aidera l’industrie cinématographique de la Grande Région à construire sa propre identité. En outre, la gestion du fonds devrait être confiée au ministère de la Culture au lieu du ministère d’État. 

Mieux accompagner les clubs 

Les associations culturelles locales, comme la musique, sont soutenues par l’État. Les clubs ne doivent pas être bloqués par la bureaucratie, mais doivent se voir offrir le moyen le plus simple de mener à bien leurs organisations. Ils doivent également être dotés de l’infrastructure nécessaire à leur fonctionnement. Cependant, il doit être clair que tout soutien doit également être pris en considération. Nous exigeons donc que toutes les œuvres créées par des associations subventionnées bénéficient au grand public en tant qu’œuvres sous licence libre. En conséquence, les trésors culturels utilisables du Luxembourg pourraient continuer à croître. 

Ancrer le luxembourgeois comme langue dans la Constitution 

La langue luxembourgeoise doit survivre en tant qu’atout culturel en Europe. Le Parti Pirate soutient l’inclusion de la langue luxembourgeoise dans la Constitution. La langue luxembourgeoise continue de jouer un rôle très important dans le processus d’intégration et devrait donc être accessible à toutes les personnes intéressées. En plus des autres langues au Luxembourg, le luxembourgeois doit contribuer à la diversité culturelle et aider au rapprochement des différentes cultures. L’accès gratuit aux cours de luxembourgeois doit être garanti.