Critique de la politique fiscale du gouvernement

Published by Piraten on

Les Pirates critiquent les revendications simplistes et populistes du LSAP, qui ne sont autre chose qu’une manœuvre de diversion pour détourner l’attention du fait que les socialistes – ils font partie du gouvernement – ne mettront pas en œuvre la réforme fiscale qu’ils avaient promise. Nous tenons à souligner qu’au cours des trois dernières années, la politique sociale bleue-rouge-verte a conduit à une détérioration de la situation pour de nombreuses personnes dans ce pays. Les Pirates exigent une réforme fiscale juste et moderne dans les plus brefs délais et proposent des idées concrètes.

Il y a quelques semaines, le LSAP a proposé, à grand fracas, une taxe Corona. L’idée de cette taxe était que les entreprises sorties gagnantes de la pandémie du Covid-19 devraient payer une taxe supplémentaire. Auprès de qui précisément cet impôt devrait être prélevé et à quel niveau il devrait l’être reste, à ce jour, un secret chez les socialistes.

Mais peu importe le manque de contenu concret, car peu de temps après, le partenaire de coalition DP a rejeté clairement l’idée d’une taxe Corona. « L’idée est hors de propos », ont titré plusieurs journaux. En outre, la réforme fiscale annoncée serait suspendue jusqu’en 2023, comme l’a expliqué le ministre des Finances DP sur les ondes d’RTL. La célèbre réforme fiscale, à la suite de laquelle personne ne perdra, puisque tout le monde y gagnera, termine donc en une promesse électorale non tenue.

Les Pirates critiquent la manière dont les partis au pouvoir jouent avec la politique fiscale et détournent l’attention du cœur du problème. Au lieu de travailler sur des réformes de grande envergure et de présenter des idées concrètes et chiffrées, le LSAP préfère distraire avec des mesures populistes du type « one-shot » tout en essayant de cacher le fait que ce gouvernement n’est pas capable de réaliser une réforme fiscale durable et sociale.

Sauf quelques petites adaptations ponctuelles du salaire minimum et du Revis, il faut globalement constater que la politique sociale menée par ce gouvernement n’a pas contribué à améliorer les inégalités sociales au Luxembourg.

Souvenons-nous
• que les veuves et les veufs doivent continuer à payer plus d’impôts. Il en est de même pour les familles monoparentales et une grande partie des Classes moyennes, confrontées à une situation financière de plus en plus difficile.
• que nous subissons une hausse de prix astronomique dans le secteur du logement depuis 2018. Rien que les prix des appartements ont pris pratiquement 50% depuis ! (Source: Observatoire de l’Habitat)
• que l’écart entre riches et pauvres se creuse d’année en année (Source: Panorama social 2021, CSL).
• que les entreprises multinationales, avec leurs milliards de chiffres d’affaires, reçoivent toujours des cadeaux fiscaux de ce gouvernement. Petit rappel: le LSAP en fait partie depuis 2008.

Soyons clairs: cette coalition continue de faire, sous un manteau « social », une politique qui favorise d’abord les riches et les plus aisés.

Le Luxembourg a besoin d’une réforme fiscale, tout de suite. Les Pirates exigent donc une réforme juste et moderne, basée sur les pierres angulaires suivantes:
1. la suppression de l’imposition exagérée des veuves ;
2. un crédit d’impôt susceptible de maintenir les familles monoparentales au-dessus du seuil de pauvreté ;
3. une seule classe fiscale ;
4. une augmentation de l’impôt sur les très hauts revenus ;
5. un plafonnement de l’index, afin de réduire les inégalités sociales ;
6. une imposition équitable entre le capital et le travail : les plus-values issues de capitaux ​​devraient être imposées selon le même barème que les salaires.

Dans cette optique, les Pirates demandent à la coalition de respecter leur programme de coalition et de s’attaquer à la réforme fiscale pendant la période législative en cours.


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.