Château d’Eisenborn

Published by Sven Clement on

Le Château d’Eisenborn, qui est classé et protégé dans son intégralité (« les immeubles du Château d’Eisenborn, y compris le jardin et l’étang ») comme monument national depuis 2009, est apparemment sur le point de subir d’importantes transformations. Il y a quelques semaines, le commune de Junglinster a publié un avis invitant les citoyennes et les citoyens à se prononcer sur la « Démolition de la grange de l’ancien couvent de Eisenborn ». Est visée ici l’aile gauche du Château et c’est le Fonds du Logement, propriétaire depuis 30 ans de l’immeuble et des alentours, qui a la maîtrise de l’ouvrage.

Une partie du bâtiment est donc appelée à être rasée pour faire place à une nouvelle construction. Dans son avis, la commune parle de la « démolition d’une grange », alors que les accusés de réclamation évoquent une « démolition partielle du Château d’Eisenborn ». Force est de constater que nous ne sommes pas en présence d’une grange au sens classique du terme, mais d’un ensemble ayant abrité des étables, des ateliers et probablement aussi des espaces de logement pour le personnel.

Dans un courrier datant du mois de février 2022, le ministère de la Culture a informé le Fonds du Logement que la démolition pourra se faire, mais sous condition de garder intacts les encadrements en pierre des porches et fenêtres ainsi que d’autres pierres travaillées, ce qui laisse à penser qu’il ne s’agit pas, en effet, d’une grange banale. Si tout ce matériel doit être stocké pour réemploi, la question dit être permise de savoir s’il n’est pas indiqué de procéder à une rénovation plutôt qu’à une destruction.

Les compétences de la commune de Junglinster, qui vient de stopper provisoirement la procédure de démolition jusqu’à ce que la question de la destination de l’aile du bâtiment sera clarifiée, sont limitées : le bâtiment est certes classé monument national, mais il ne bénéficie pas d’une protection particulière au niveau du PAG de la commune. Il s’ensuit que la commune ne peut pas s’opposer à sa démolition ; elle peut simplement veiller ce que la nouvelle construction respecte le gabarit de l’ancien bâtiment.        

Dans ce contexte, je voudrais poser les questions suivantes aux ministres :

  • Madame la Ministre de la Culture, le Château d’Eisenborn est protégé dans son ensemble. Est-ce que, dans ce contexte, la démolition d’une partie de l’immeuble et son remplacement par une nouvelle construction peuvent se défendre ? Comment justifier une approche pareille, sachant que le Luxembourg a signé en 1985 la Convention de Grenade qui dit qu’il s’agit d’« éviter que des biens protégés ne soient défigurés, dégradés ou démolis » (art. 4.2.) ?

  • Madame la Ministre de la Culture, comment expliquer les difficultés rencontrées autour de la question de la définition d’un bâtiment ? Est-ce que ce flottement ne serait pas dû au fait que le contexte et l’évolution historiques de l’immeuble en question n’ont pas été étudiés avec le sérieux nécessaire ?

  • Madame la Ministre de la Culture, au mois de février vous avez donné votre « Accord de démolition » au Fonds du Logement. Comment justifier cette décision, sachant que nous sommes en présence d’un monument national et que vous insistez dans votre missive sur la nécessité de garder intacts les encadrements en pierre des porches et fenêtres ainsi que d’autres pierres travaillées ?

  • Monsieur le Ministre du Logement, le Fonds du Logement a décidé, après plusieurs décennies d’hésitation, d’aménager des logements dans le château d’Eisenborn. Combien de logements y sont prévus ? Dans l’hypothèse d’un éventuel manque de place, on pourrait même rehausser le toit étant donné que la ligne faîtière actuelle n’est pas celle d’origine.

  • Monsieur le Ministre du Logement, pourquoi ce projet du Fonds du Logement ne peut pas être réalisé en respectant le cadre bâti préexistant ? Est-ce que la démolition d’une partie d’un immeuble historique et une nouvelle construction sont défendables d’un point de vue écologique ? Est-ce que l’État ne devrait pas donner l’exemple et jouer un rôle de pionnier en matière de protection du patrimoine national ?

  • Madame la Ministre de l’Intérieur, est-ce normal que le classement d’un immeuble comme monument national n’ait pas de retombées directes sur le PAG de la commune concernée ? Combien de tels cas existent au Luxembourg ? Si cela est effectivement pratique courante, est-ce qu’il ne faudrait pas changer cette situation ?

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.